Diamants et Blockchain : le problème de l’identité

0
Identité diamant

La traçabilité est un enjeu de taille dans les diamants : outre les problèmes liés aux diamants du sang, connaître l’historique d’un diamant permet de mieux réagir aux vols, suivre les opérations financières liées, connaître l’histoire de sa pierre, etc..

A ce titre, la Blockchain semble être l’outil rêvé, puisqu’on peut y inscrire de manière définitive et inviolable les étapes par lesquelles une pierre est passée.

La De Beers a investi cette possibilité, avec une société nommée Tracr, et a récemment annoncé avoir tracé 100 diamants « de la mine au consommateur » grâce à la Blockchain.

Cependant, les choses ne sont pas aussi simples : le problème principal qui se pose pour tracer un diamant, est en réalité d’être certain de son identité : qu’il n’a pas été remplacé par un autre, ou par un diamant de synthèse.

Une histoire pour illustrer cela : un ami diamantaire s’est fait une fois voler un diamant taille coussin de 6.08 carats, de couleur E et de pureté SI1, donc avec des inclusions plutôt importantes.

Il a alerté les différents laboratoires, et bourses afin qu’on l’alerte si ce diamant refaisait surface, mais n’a pas eu de nouvelles, le diamant semblait avoir disparu du marché.

Deux ans après, lors d’un salon, il remarque un diamant taille coussin de 6.02 carats, qui l’intrigue. Il l’examine, et est sûr de reconnaître les inclusions de la pierre volée. Le GIA le confirmera après une étude approfondie et le voleur sera démasqué.

Le voleur avait légèrement retaillé le diamant pour qu’il ne corresponde plus à la description du diamant recherché, et personne ne se serait douté de rien sans la perspicacité du diamantaire.

Et encore, si le diamant n’avait pas eu d’inclusions visibles, personne n’aurait pu attester du fait qu’il s’agissait de la même pierre.

Le traçage d’un diamant par blockchain, pour être efficace, doit s’appuyer sur des éléments spécifiques et inaltérables pour identifier le diamant. Cela semble bien difficile, à moins de mettre en œuvre des moyens extrêmement lourds pour identifier des particularités dans la matière de la pierre.

Tracr indique avoir mis au point des moyens technologiques d’identification exclusifs pour cela, grâce auxquels toute pierre pourra toujours être comparée à son certificat, mais sans préciser lesquels.

On demande à voir !

A propos de Yonathan Benhamou
Pas encore de commentaires... Le vôtre?

Qu'en pensez-vous?