Diamants de synthèse : tout savoir sur les diamants synthétiques

Depuis la fin des années 1950, le diamant synthétique a commencé à prendre une place importante dans le marché mondial du diamant. Bien que son utilisation soit initialement restreinte à des applications industrielles, le diamant synthétique se fait aujourd’hui une place de choix dans le domaine du bijou.

Depuis la fin des années 2010, il est devenu de plus en plus fréquent d’entendre parler de bijoux sertis de diamants synthétique. En 2018, la société De Beers a développé une nouvelle entreprise de bijoux sertis de diamants synthétiques, la Lightbox Jewelry.

Diamant synthétique et diamant naturel, quelles différences ?

Un diamant est une pierre précieuse composée à plus de 99,95% de carbone, qu’il soit synthétique ou naturel, cette règle s’applique également. Dans le cas du diamant naturel, l’origine de la pierre peut-être tracée à une mine et sa datation indique une ancienneté située entre 1 et 3 milliards d’années, durée nécessaire à la formation des diamants dans les soubassements de notre planète et à leur acheminement à la surface.

Le diamant synthétique, lui, est une pierre fabriquée dans un laboratoire, dans un environnement contrôlé, via un processus qui ne requiert que quelques semaines. Bien que sa nature synthétique et fabriqué par l’Homme puisse laisser croire que ces diamants sont tous parfaits, on retrouve en réalité fréquemment des impuretés de tout type ainsi que des défauts en leur sein. En ce qui concerne le choix de couleur des diamants synthétiques, les laboratoires sont en capacité de prédire ce critère de qualité et peuvent donc volontairement créer des diamants d’un blanc exceptionnel, ou légèrement teinté jaune ou brun.

Peut-on reconnaître un diamant synthétique d’un diamant naturel ?

Est-il possible de distinguer un diamant synthétique d’un diamant naturel à l’oeil nu ? La réponse est sans équivoque : non, ce n’est pas possible. En effet, les diamants synthétiques sont indifférenciables à l’oeil nu des diamants naturels, ils possèdent tous les deux des critères de qualité, tels que les 4C (carat, couleur, pureté et taille) et les mêmes propriétés physiques.

Bien que des indices puissent vous mettre la puce à l’oreille, tel qu’une différence de prix importante à l’achat ou la présence d’une couleur extrêmement blanche (rare pour un diamant naturel), rien ne peut réellement vous aider à déterminer visuellement la différence entre ces deux diamants.

Toutefois, un professionnel équipé en conséquence pourra rapidement vous aider à identifier la nature de votre pierre. Il dispose en effet d’outils capables d’analyser les diamants via des procédés complexes afin d’identifier leur nature. Ces outils étant relativement chers, vous ne les retrouverez que chez des laboratoires comme le GIA, le HRD, l’IGI ou le LFG mais également chez les experts diamantaires Valuae, qui sont équipés d’un Sherlock Holmes 3.0 Yehuda Detector, un puissant outil de détection des diamants de laboratoire.

Un diamant naturel D VVS1
Un diamant naturel de pureté VVS1
Un diamant synthétique D VVS2
Un diamant synthétique de pureté VVS2

Le certificat gemmologique vous aide à identifier votre type de diamant

La méthode la plus facile et répandue pour identifier l’aspect naturel ou de synthèse de votre diamant est sans aucun doute de vous référer à votre certificat gemmologique qui contiendra forcément cette indication. Si votre certificat est issu des laboratoires du GIA, du HRD, de l’IGI ou du LFG, vous pouvez leur faire confiance les yeux fermés.

Ces laboratoires sont en effet réputés auprès de tous les diamantaires en raison de leur sérieux et de leurs compétences. Toutes les informations présentes sur leurs certificats sont donc indéniables.

Processus de fabrication des diamants de synthèse

Il existe deux manières différentes pour fabriquer des diamants de laboratoire : la méthode HPHT ou CVD

La méthode HPHT (Haute Pression, Haute Température) vise à reproduire le plus conformément possible les conditions de création du diamant dans son état naturel. Une quantité importante de carbone ainsi que des métaux de transition sont combinés dans une chambre sous haute pression et à de très fortes températures pour engendrer un processus de germination et de croissance, ce qui a pour effet de créer un diamant de synthèse.

Dans certains cas, un extrait de diamants est inséré dans la chambre avant la réaction pour que l’agglomération se fasse dessus, pour lui permettre d’augmenter en volume.

La technique CVD (Chemical Vapor Deposition – Dépôt Chimique en phase Vapeur) fonctionne différemment mais produit un résultat similaire. Pendant sa réalisation, un diamant est conçu et augmente en taille, via des couches successives qui se déposent à la surface de la pierre. On parle alors dans ce cas d’adsorption.

Les certificats pour les diamants de synthèse

L’attribution d’un certificat à un diamant naturel est depuis de longues années une étape normale du processus d’expertise des diamants. Saviez-vous que les diamants de synthèse se voient également attribuer des certificats ?

Le leader du certificat de diamants de laboratoire est sans aucun doute l’IGI – International Gemological Institute. Bien qu’il s’agisse à la base d’un laboratoire spécialisé dans les pierres naturelles, cet organisme propose aujourd’hui de faire certifier vos diamants de synthèse, de la même façon que le sont les diamants naturels.

Ce certificat contient toutes les informations relatives aux critères de qualité des diamants, comme leur poids en carat, leur couleur, leur degré de pureté ainsi que leur taille mais également un numéro d’identification, comme pour les alternatives naturelles.

Prix d’un diamant de synthèse

Estimer la valeur d’un diamant synthétique est plus aisé que pour un diamant naturel, dans la mesure où le principe de rareté n’est pas pris en compte dans l’élaboration du prix.

Rappelons qu’un diamant de culture ne met seulement que quelques semaines pour être créé. Son prix est donc inférieur au naturel, car il peut être fabriqué en grandes quantités.

Ainsi, un diamant de laboratoire vaut en moyenne 30 à 50% moins cher qu’une pierre naturelle.

Il est principalement retrouvé en bijouterie, plutôt qu’en joaillerie, car il ne détient pas les caractères de préciosité et de rareté. Il est possible de l’acheter notamment sur des montures de bijoux en or ou en argent, telles que des bagues, des pendentifs ou sertis sur des bracelets. 

Valuae étant spécialisé dans les diamants naturels uniquement, vous pouvez vous référer à notre guide sur le prix d’un diamant naturel, et retirer le pourcentage adéquat pour obtenir votre estimation

Les diamants de laboratoire polluent davantage

Bien que cela semble surprenant, surtout dans un contexte où l’écologie est au coeur de la plupart des discussions, il est important de connaître le véritable impact écologique de la création de diamants en laboratoires.

Bien que les diamants de laboratoire permettent de mettre de côté le sujet des “diamants de sang”, il est important de savoir que leur impact écologique n’est pas négligeable. Plusieurs études sur le sujet de la quantité de CO2 produite par les diamants de laboratoire montrent que ces dernières sont environ 3 fois supérieures à celles émises lorsqu’une pierre naturelle est minée.

À titre d’exemple, 1 carat de diamant miné pollue en moyenne 160 kg de CO2, contre 511 kg de CO2 pour un synthétique.

De plus, une gemme de laboratoire ne sera jamais perçue comme une gemme naturelle aux yeux des spécialistes en gemmologie. Sa valeur financière en sera donc impactée, puisque sa rareté est fortement réduite.